journal de bord et humeur du jour

25 avril 2018

# 01420 - les brûlures de mercure 4



S      O      U      F      F      L      E






venu   de   derrière  l'ombre  s'éloigne
aussi  vite   que  les  vents   solaires
la  violence   de  ses  mots   brûle  la
lumière déchire le rouge et ta rétine...
                              elle reste











c'est en rêvant que l'air s'est enfui 





















8 commentaires:

  1. une explosion de nuages venus d'ailleurs comme un cri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est ça ! c'est le cri
      comme un souffle !

      Supprimer
  2. Superbe Photo qui, comme "mémoire du silence" m'a fait penser au superbe film "Melancholia" de Lars Van Trier. L'impact aura-t-il lieu? La Brûlure de Mercure va-t-elle nous enflammer? Cendres sur nos têtes ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. difficile de te répondre
      le rappel au film n'était pas prévu... mais en définitive, why not !

      Supprimer
  3. Dedans...dehors, ta poésie pousse les murs, éclate les convenances.

    Souvent, je foule les pavés de Saint Goustan.
    Il y a 50 ans, ils volaient. Aujourd'hui je trouve encore la trace de nos pas en commun.

    Que dire de ma blessure ? Une convalescence très difficile et pas de land art en vue.

    Je t'embrasse, fraternellement.
    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hello Roger
      oui je me souviens de nos pas sur les pavés de St Goustan... il n'y a pas si longtemps !
      mais dans ce monde accéléré tout va si vite... et puis cher Roger nous avons encore 20 ans dans la tête, lentement suit le corps...

      remets toi bien et prends ton temps
      amitié / je t'embrasse

      Supprimer