journal de bord et humeur du jour

18 février 2018

# 01413 - les extrêmes de pluton 3




(à Didier Lockwood)


plus    haut     que    le
regard  dans les tourments
du    vent     gris    des
nuits  froides  tu   rêves
des étreintes  chaudes des
soleils    d'été    perdus















le noir n'était que jour et la nuit entière







12 commentaires:

  1. Réponses
    1. merci beaucoup maria
      les arbres entretiennent
      la mémoire de la terre..!

      Supprimer
  2. Qui a les yeux extrêmes de Pluton, le noir ne peut résister longtemps...
    Eblouissant. J'aime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le noir cède toujours
      et le jour éblouit
      merci

      Supprimer
  3. quand le ciel se rose
    les branches s'enracinent
    plus haut
    au clair de jour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dans un passé lointain
      les racines portaient des
      messages de sagesse
      gorgés de couleurs
      jusqu'au bout extrêmes
      des branches pour
      peindre le ciel

      Supprimer
  4. la réponse du ciel
    à l'écriture des arbres
    vertigineuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui jusque sur les
      pages des livres faits
      des arbres mémoire

      Supprimer
  5. Bel hommage .
    Les arbres sont comme la montagne des " sages " devant eux il est délicieux de se à notre juste place ' tout petit " de plus après nous , ils seront encore ....;)
    Bises
    Sacha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout sera là encore...
      le ciel la roche la terre les végétaux !
      le temps passe nous aussi
      merci Sacha

      Supprimer
  6. Écrire comme on peint, dans la « vague aurore du clair-obscur ».

    RépondreSupprimer
  7. merci

    l'esquisse du mot
    un jour révélé

    RépondreSupprimer