journal de bord et humeur du jour

31 octobre 2016

# 01334 - soir bleu nuit






encore  quelques  heures
dramatiques   avant  les
frissons du soir la lune
s'absente à son  tour le
noir autoritaire envahit







# 01333 - souffle du temps






frêle      caresse
veille de novembre
l'hiver  s'imagine
en         silence






30 octobre 2016

# 01332 - roue de fortune







le      temps      s'étale
marre     des    mauvaises
nouvelles     du     monde
l'ancien             monde
s'essouffle        et   la
terre tremble quelque part




23 octobre 2016

20 octobre 2016

# 01330 - ombre de terre







silence   des  ombres
au bord du temps rien
ne  bouge sans fusion
ombre de sang au bord
du              coeur






16 octobre 2016

# 01329 - trains rouge nuit







les nuits de  trains rouges
j'aime embarquer  trop loin
dans  les mondes  de nuages
où coule la terre entre mer
et  eau  comme  vénus  tard













12 octobre 2016

# 01328 - brouillage







le  regard  défait
juste  au   dessus
de l'horizon porte
la  marque  de  sa
bleue    résonance







7 octobre 2016

# 01327 - steel sky








la tête à l'envers
le    dos   tourné
reste  les   pieds
dans   la   pierre
ancrés       rouge
brut       d'acier













6 octobre 2016

# 01326 - la fleur du sel







heures   tardives
silence du milieu
juste   un    son
craque la  croute







5 octobre 2016

# 01325 - bus stop






souvent il suffit d'un
nuage   d'un    mirage
d'une    image    pour
commencer   un    rêve









4 octobre 2016

# 01324 - le monde de William 3






le jour où le parlement
devint rouge cette nuit



d'octobre  1834  le noir
de l'air rugit s'embrasa



comme les  feuilles en
cet automne surchauffé














3 octobre 2016

# 01323 - le monde de William 2







il aimait tellement le jour
surtout   ses    extrémités
crépusculaires   là  où  la
nuit   déploie  ses  atours
pour  une  ultime  étreinte









2 octobre 2016

# 01322 - le monde de William






le    monde    soudain   s'essouffle
se   fond   s'esquisse   la  mémoire
s'efface restent quelques poussières
résidus  d'une  vie  agitée  presque
                             oubliée








1 octobre 2016

# 01321 - terre d'automne





aux  heures   les  plus
sombres     du     jour
là  où  l'air  s'emplit
des   parfums   de   la
terre le ciel s'écroule
le  silence   s'étouffe