journal de bord et humeur du jour

12 août 2017

# 01380 - avant le temps 3








les  brumes  encore  cachées  au
creux des  vagues extraction  du
noir obscur de  la dernière nuit
mélodisent les chants sirèniques

les mots  caressants ondulent
au rythme du  silence bleu tu
cherches toujours à rejoindre

l'autre côté invisible des mots du temps...








11 août 2017

# 01379 - avant le temps 2







après  les  orages   en  grondant
ont   démonté  le  ciel   vacarme
assourdissant comme si les grands
du  monde pulvérisaient  la Terre

plus  un  nuages  rien  que des
traces sombres et ocre jusqu'au
bout  des  horizons  surexposés
silence effrayant  sans origine

ainsi toujours debout nous avons quitté le temps...









9 août 2017

# 01378 - avant le temps 1







depuis  tout  ce  temps celui
rempli   de   toi   elle  dit
oh ! ça  remonte au début des
années 2020  ou 30 les nuages
couvraient encore la terre de
leur ombre je me  souviens de
nos rires  rebondissants dans
les  blés  inondés  de soleil

tu disais que bientôt nous
pourrons retrouver le ciel
des soirs  de feu  que les
marais  attisaient de leur
calme et profonde sérénité

mais tout ça c'était avant le temps...







5 août 2017

# 01377 - herbe rouge







elle  se  souvient
des hommes épuisés
pieds   nus   dans
l'herbe  rouge  un
matin d'été oublié


un  matin  où  la  mémoire  fout  le  camp
un  matin   rayure  du   coeur  sans   air
un matin pour fendre le vent et s'éteindre








1 août 2017

# 01376 - abandon à sec






sacoches  fermées
règne  du silence
crient mots muets
           il dit









31 juillet 2017

# 01375 - torride après midi d'été







i n d i s C r é t i o n        a t m o s P h é r i q u e



allongé sous  le soleil
sur le sable exactement
les  nuages   m'ombrent










30 juillet 2017

# 01374 - screen time







juste en dépliant le ciel
couverture      duveteuse
la  route  au  loin  n'en
finissait pas de s'ouvrir
aux écrans  de mes  nuits







25 juillet 2017

# 01373 - Relativité problématique









K I N G        S T O N E


la force  dans  le  bleu
s'épuise  ensemble   les
particules      semblent
à  la  poussière   faire
face mais rien n'est sûr






21 juillet 2017

# 01372 - présages






mais  la colère gronde
rien ne l'apaisera les
cris  jusqu'à  l'océan
se   noieront   perdus
dans    les    abysses








8 juillet 2017

# 01371 - arrache coeur








a u r o r e    t o t a l e
ma route a  griffé le ciel
la  nuit   tremble  froide
encore le  jour se retient

arrache  coeur   extatique




















7 juillet 2017

# 01370 - force et vue







elle avait  choisi
seule avec le vent

cris   et  murmures
le pli et le regard

celui qui porte
derrière    les

derniers nuages









4 juillet 2017

# 01369 - les hauts de hurle blue







de  marbre   pour   un  granit
ciel  de  terre  séparé  comme
le regard des cils que le bleu
s   o   u    l   i   g   n   e
m   y   s    t   i   q   u   e










1 juillet 2017

# 01368 - quand on arrive en ville...






la  route   entière  même  sans
jusqu'au   fond    des   ombres
sonne   comme   une   symphonie
majestueuses arias à mains nues










14 juin 2017

# 01367 - naissance





T E R R E     D ' A S P H A L T E

(version papier)




si vous désirez acquérir 1 ou plusieurs exemplaires
de mon ouvrage Terre d'Asphalte
adressez moi un mail à  : lucas007tf@gmail.com
je vous répondrai en vous indiquant les modalités d'acquisition
(prix 10 € le volume + port)












29 mai 2017

# 01366 - couleur du vent I







page après page longues lignes de mots
à bout portant kilomètres courants d’air prolongés
jusqu’à l’horizon vide de traînées rouges

longues lignes de mots ravagés
lettres enchevêtrées prises dans
la tourmente des feuilles volantes
                           sortie de phrase 







p 17








25 mai 2017

# 01365 - nocture espérance III






longue la route même encore
quand elle tourne et surprenante aussi
comme au premier jour premier détour
courbure d’asphalte à fleur de peau

               juste mental
               possible
               presque sûr


               la route m’étrange







p 21






22 mai 2017

# 01364 - la légèreté de Nola







du plomb dans l’air
extraction baisse le ton
c’est du lourd

la mouche a choisi léger
pour voler
comme papillon et éphémère

pas comme machin
rat d’opéra
même pas funambule


sait pas tomber







p 33





20 mai 2017

# 01363 - black mécanique







le ciel m’écorce rude façon brute
mi bleu mi rose profondément chiffonné

poussé par
trop de vent d’avril froid
éloigné trop peut-être

rires de surface ou de
désirs rouges au fond

mes soirs me rapprochent de la nuit







p 92


17 mai 2017

# 01362 - elle se nuit







nuit elle
résonne comme une déchirure

la route s’installe
dessine le vent rouge
à coup de voix
            d’éclats
            de noir

entière elle

m’immense





p 109







16 mai 2017

# 01361 - trace la nuit







sous l’asphalte bitume parfois
            
             odeurs de sucre acidulé
             saveurs orientales
            
             goût de menthe pastille
             souffle de glace air frais

             vif comme l’enfant
             piquant comme un plat du sud

             cinglant comme tu sais faire





p 14






2 avril 2017

en relecture


(sortie prévue le 1er juin)












12 mars 2017

en pause







en pause...
le temps d'écrire
mon premier bouquin !

Terre d'Asphalte
(très inspiré de ce blog)











25 février 2017

# 01360 - en forme extraterrestre



r      é       s       i       s       t       e





encore  un  peu  de ...
l'air si peu tendue ...

son   corps  encore ...
de  son  être  s'en ...




*****

encore un peu de souffle
l'air si peu tendu(e) entre ciel et mer

son corps encore surpris
de son être s'en ébaudit

(Marty)

*****

encore un peu de roche brisée par le ressac en résilience
l'air si peu tendu(e) vers le devenir elle s'alanguissait

son corps encore s'enivrait des extases terrestres mais l'aura
de son être s'en allait déjà vers les noirceurs de l'univers

(Leeloo)


*****









31 janvier 2017

# 01359 - aussi loin près que le regard se pose






étalée   presque   évadée   la ...
reste   encore   un   brin  de ...
juste   ce  qu'il   faut  elle ...
ainsi l'instant ne pouvait lui ...
















étalée presque évadée la mer
reste encore un brin de mémoire
juste ce qu'il faut elle se rappelle
ainsi l'instant ne pouvait lui échapper

(mémoire du silence)


*****


étalée presque évadée la ligne bleue
reste encore un brin de clarté
juste ce qu'il faut elle peint
ainsi l'instant ne pouvait lui être volé

(Marty)



*****



étalée presque évadée la vague
reste encore un brin de bleu
juste ce qu'il faut elle frémit
ainsi l'instant ne pouvait lui peser

(Laura-Solange)


*****






27 janvier 2017

# 01358 - nue étendue le corps comme une vague







longues heures étalées entre ...
dispersées  aussi  parmi les ...
comme  un  temps de  revenir ...
qui toujours  déborde  et se ...






longues heures étalées entre rêve et réalité
dispersées aussi parmi les souvenirs
comme un temps de revenir au jour
qui toujours déborde et se perd à la fin

(Marty)


*****

longues heures étalées entre nos nuits
dispersées aussi parmi les rêves
comme un temps de revenir ... peut être
qui toujours déborde et se dilue

(Laura-Solange)


*****






21 janvier 2017

# 01357 - au bord du gouffre aux couleurs du ciel...







il devinait  à peine  sous ...
toujours  trop   dur  face ...
pourtant    le   vent  lui ...
mille fois conté les temps ...






















19 janvier 2017

# 01356 - le froid mordait l'horizon de poussière






ses  yeux  chargés  des  envies ...
sans rêve  sans trêve  vides de ...
les   lèvres   exsangues  encore...
elle     semblait    ne    plus ...
















ses  yeux  chargés  des  envies bleues
sans rêve sans trêve vides de couleurs
les lèvres exsangues  encore sans fard
elle  semblait ne plus sentir le froid

(Marty)

*****


ses  yeux chargés des  envies  contenues
sans rêve sans trêve vides de tout désir
les  lèvres  exsangues   encore  humides
elle  semblait  ne plus  inhaler la  vie

(mémoire du silence)

*****









16 janvier 2017

# 01355 - un brin d'espoir bleu au bout de la route





la musique  au creux  du ...
kilomètres  brûlants  de ...
sa vue couleur de reflets...
journée  bleue accrochée ...





la musique au creux du pétale
kilomètres brûlants de sève
sa vue couleur de reflets veinés
journée bleue accrochée au ciel

(mémoire du silence)


*****



la musique au creux du monde
kilomètres brûlants de pas de danse
sa vue couleur de reflets d'argent
journée bleue accrochée à l'horizon

(Marty)


*****







14 janvier 2017

# 01354 - sous la chaleur les yeux dévastés






impossible  pour  lui  de ...
les matins n'avaient plus ...
il  voyait  derrière  les ...
son coeur  et  l'ombre de ...




impossible pour lui de parler
les matins n'avaient plus la même saveur
il  voyait derrière les silences
son coeur et l'ombre de la terre

(Marty)



*****



impossible pour lui de mentir
les matins n'avaient plus sens
il  voyait derrière les rideaux
son coeur et l'ombre de l'enfance

(mémoire du silence)



******


impossible pour lui de partir
les matins n'avaient plus aucune lumière
il  voyait derrière les nuages
son coeur et l'ombre de ses rêves perdus

(lu.mangione)












12 janvier 2017

# 01353 - dans la lumière des jours sombres






elle voulait juste...
les  yeux plein d'...
parée  de  belles ...
danser  dans  la  ...





elle voulait juste imaginer
les yeux plein d'embruns
parée de belles vagues
danser dans la lune d'hiver

(Marty)

*****

elle voulait juste savoir
les yeux plein d'étoiles
parée de belles étoffes
danser dans la couleur

(mémoire du silence)

*****






9 janvier 2017

# 01352 - expo graph'2 breizh



L  E  S        E  N  C  R  E  S        D  U        V  E  N  T 














8 janvier 2017

# 01351 - pesanteur obligatoire






parce  qu'à  cet  endroit
le  ciel   s'est   ouvert
dieu y versa ses cailloux

dans   la  nuit  la  plus
noire  ce  fut  un  grand
chahut  qui fit  trembler

le  vent  jusqu'au  matin
ainsi   sont   nées   les
tempêtes   parait   il  !







3 janvier 2017

# 01350 - langueur






lente     descente
dans  l'oubli  des
heures  insolentes
manque       d'air
et  de  vent  vert